L’avancée des crypto-monnaies est quasiment similaire sur les 5 continents. Cette économie alternative, qui ouvre de nouveaux horizons pour les entreprises, a de nouveau permis de mettre en avant le potentiel d’un pays africain. L’opportunité concerne directement l’Ouganda, qui devrait bientôt accueillir un centre d’échange de crypto-monnaies vers de devises fiduciaires.

Une solution se voulant accessible

tout savoir sur la crypto

C’est la première chose que l’on retiendra du projet de Binance. L’écosystème, qui s’est spécialisé dans les blockchains, a annoncé son prochain coup de poker. Ce projet, le PDG et fondateur de la firme y tient : Binance prévoit de lancer une solution d’échange entre le fiat et la crypto… et proposerait ce service en Ouganda ! La manœuvre a pour but de faciliter le trading de la monnaie locale contre des altcoins populaires. Selon CoinTelegraph, le décisionnaire numéro UN de Binance aurait révélé l’imminence de cette concrétisation. Sobrement nommé « Binance Ouganda », le service devrait être considéré comme un test dont les résultats seraient déterminants. Cette version beta permettrait d’abord d’estimer les capacités du programme à trader des devises conventionnelles.%

Il faut dire que c’est une première pour le géant, qui n’a jamais proposé ce type de service. L’intégration de monnaies fiduciaires offre donc un défi à Binance Ouganda, qui devrait rapidement dévoiler son plein potentiel. Changpeng Zao de faire comprendre que cette incursion en Afrique ne serait que le premier d’une longue série. L’homme d’affaire avait, en effet, laissé entendre que Binance s’intéressait aussi à des marchés en cours de développement. Le succès du projet devrait donc permettre le développement d’autres solutions dans les pays sous-développés. L’homme d’affaire affirme ainsi que les crypto-monnaies ont une utilité bien plus importante dans les pays sous-développés. Leur rôle ne se résumerait donc pas offrir une solution de paiement, mais aussi à asseoir une monnaie virtuelle qui fonctionnerait dans le monde entier.

Une alternative au système bancaire classique

L’homme fort a enchaîné que le potentiel de l’Ouganda est le principal élément l’ayant décidé à se lancer. Dans ce pays, environ 11% de la population détiendrait un compte en banque. L’Ouganda offrirait donc une réelle opportunité d’évaluer la portée des crypto-monnaies dans un pays où le développement économique est encore très instable. Pour Binance, le choix du pays de lancement n’est donc pas anodin. Si la firme est enthousiaste à l’idée de proposer une alternative aux banques, elle est aussi consciente du travail qu’il faudra fournir derrière.

En effet, Binance Ouganda devrait intégrer des protocoles de vérifications, et de sécurisations plus poussés que les systèmes classiques. L’utilisation de la monnaie fiat, mais aussi les risques de fraudes et de blanchiments justifient cette approche quelque peu agressive. Il faut dire que les risques sont particulièrement élevés. L’Ouganda fait partie des pays où les pratiques illégales sont encore monnaie courante. Le choix de Binance sert donc la sécurité, tout en incitant les utilisateurs à recourir à des moyens légaux pour utiliser leur argent. L’entreprise serait également prête à accueillir la prochaine hausse de valeur des crypto-monnaies, expliquant l’intérêt de Binance à investir dans une monnaie qui pourrait bientôt décoller.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here