Si l’on avait, un temps, cru que le secteur des crypto-monnaies étaient en cours de stabilisation, le début de la semaine aura été marquée par une nouvelle dévaluation. Une nouvelle tendance qui se confirme peu à peu, et qui est loin de rassurer les miners. Ces pertes, qui peuvent s’expliquer par les derniers coups durs enregistrés par le Bitcoin, ont de grandes chances de perdurer après l’annonce d’une enquête concernant les manipulations de l’altcoin.

C’est la nouvelle qui fait trembler la toile : la justice aurait décidé de lancer une enquête visant les manipulations du Bitcoin. Les monnaies alternatives, souvent sources de polémique, n’ont pas fini de réserver de mauvaises surprises. En effet, il est devenu courant de constater des arnaques, et autres escroqueries dans ce secteur en voie de développement. Parmi les nombreux crimes et infractions qui continuent à polluer la toile, les délits d’initiés et les fausses informations se font de plus en plus nombreux. Pour les miners, il est aujourd’hui impossible de s’assurer un environnement entièrement sécurisé, exempts de ces tentatives de fraudes. Avec une marge de faux qui continue à grimper, le domaine des crypto-monnaies est devenu aussi sensible que les finances traditionnelles.

Cette fois encore, c’est la justice américaine qui lance une enquête. Celle-ci est de nature criminelle, et vise à analyser les manipulations relatives au cours du Bitcoin. Les autres devises numériques ne sont cependant pas à l’abri, et seront détaillées dans leur ensemble. La cause en est simple : seule une infime partie des entités boursières liées aux crypto-monnaies seraient enregistrées auprès des régulateurs de marché. La SEC (Securities and Exchange Commission) fait partie de ces groupes de régulation ayant constaté la faible réglementation de ces entités. Cette nouvelle laisse deviner que le monde des devises numériques reste un terrain de jeu tout trouvé pour les escrocs. La permissivité du secteur laisse la possibilité à toutes sortes de faussaires de s’enrichir, sans être inquiétés.

Un statut dangereux qui a éveillé les soupçons des autorités, mais qui explique pourtant certains aspects du développement du Bitcoin. Parmi les sujets sensibles, les faux ordres arrivent en tête de liste de leurs préoccupations. Un nombre important de traders serait ainsi adepte du « spoofing », une approche qui consiste à inclure de faux ordres dans les transactions, avant de les retirer. La technique, qui ne prend que quelques minutes, a pour but d’inciter à une augmentation des prix. Des requêtes qui servent donc les traders, mais qui est illégale depuis plus de 8 ans. Les cas de « wash trading » sont également devenus monnaie courante, multipliant les risques pour les investisseurs sérieux.

À ce jour, l’enquête a pour but de mettre un terme aux actions frauduleuses qui boostent le cours du Bitcoin. Sur le long terme, la régulation des sites de trading reste une nécessité. Les gendarmes financiers demeurent toutefois sceptiques face à l’efficacité de leurs actions, car il s’agit de s’attaquer à des organismes bien huilés, ou à des entités maîtrisant les subtilités du domaine.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here