Le marché des crypto-monnaies cumule les instabilités. Il y a moins de 24h, le cours des deux principaux altcoins a connu une nouvelle baisse. Celle-ci, qui fait suite à un nouveau braquage du web, n’est pas la seule nouvelle qui intéresse les cryptomineurs. Ces derniers sont majoritairement emballés par les déclarations de la SEC, qui estime que les crypto-monnaies ne sont pas des valeurs immobilières.

Le Bitcoin et l’Ether en ligne de mire

tout savoir sur la crypto

La Securities and Exchange Commission s’est prononcée. Pour cette référence américaine, le Bitcoin et l’Ethereum ne peuvent pas être considérés comme des valeurs mobilières. Cette simple annonce avait réussi à rebooster les cours des deux crypto-monnaies, qui se sont refait une santé. La prise de parole de la SEC a été attendue par les mineurs, qui patientaient depuis plusieurs semaines. En effet, le verdict de l’organisme devait permettre une classification plus juste et plus précise des crypto-monnaies. C’est finalement à San Francisco que William Hinman a décidé de s’exprimer. Le directeur de la Securities and Exchange Commission a affirmé que le Bitcoin et l’Ether ne seraient pas nommés « titres de sécurités » ou securities.

L’annonce change fondamentalement la manière dont le Bitcoin est perçu. Longtemps classé en tant que valeur mobilière, son estimation équivalait à celle d’une action dans une entreprise. Cette première dénomination nécessitait alors un enregistrement en règle auprès du service de la SEC. L’entreprise américaine rapporte que ces deux cryptodevises adoptent une identité qui se rapproche plus de celle de l’or, ou encore du pétrole. Pour le régulateur, la nouvelle classification de l’Ether, et du Bitcoin repose en grande partie sur la décentralisation de leurs systèmes. Est aussi prise en compte l’inutilité de gestion des actifs par un tiers. Libres et volatiles, les crypto-monnaies n’ont donc pas les caractéristiques propres aux securities.

Un avis partagé par d’autres experts

Cette déclaration rappelle celle de Joseph Lubin, qui affirmait récemment que l’ether n’était pas une valeur mobilière. Conscient de l’absence de règlementation sur son modèle, l’entrepreneur laissait comprendre qu’associer cet altcoin aux securities était illogique. JayClayton, président de la SEC, partage un avis similaire. Pour lui, le Bitcoin ne pouvait être assimilé à une devise classique. De son interview, le public a surtout retenu que la supervision des cryptoactifs ne pouvait être prise en charge par l’agence. L’homme fort de la SEC ne s’était alors pas prononcé sur la catégorisation de l’ether, laissant planer un doute sur la légitimité du titre.

William Hinman s’est chargé d’éclaircir la situation. En se basant sur la pertinence de la décentralisation de cette crypto-monnaie, le directeur de la SEC a pu déterminer une similarité avec le système du Bitcoin. Tout comme le numéro 1 des crypto-monnaies, l’Ether se trouve dispensé d’une catégorisation qui aurait pu limiter son développement. À la suite de ces précisions, les actifs numériques les plus influents ont enregistré une hausse remarquée. Une augmentation qui ne garantit cependant pas la viabilité des modèles sur la durée.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here