L’absence de régulation autour du Bitcoin et des monnaies digitales semble inquiéter désormais la France et le Royaume-Uni.

tout savoir sur la crypto

S’exprimant lors du forum économique de Davos, Emmanuel Macron s’est dit favorable à ce que le FMI dispose d’un mandat de surveillance de la totalité du système financier, « dont des pans entiers échappent à la régulation ».

Mission ‘crypto’

Bruno Le Maire avait récemment annoncé une mission sur le sujet des cryptomonnaies. Un ancien de la Banque de France, Jean-Pierre Landau, est chargé de cette lourde tâche. Le Ministre français de l’économie s’est inquiété il y a quelques jours des risques de spéculation, de fraude et de détournements financiers liés aux ‘cryptos’. Bruno Le Maire demande d’ailleurs à ce que le G20 planche lui aussi sur la question…

Le président français évoque de son côté le Bitcoin, les crypto-monnaies, ou encore le ‘shadow banking’, « les plus agressifs sur les marchés financiers », ceux qui peuvent « créer des crises financières ou déréguler des systèmes ». Il reviendrait selon lui au Fonds Monétaire International de contrôler ces marchés opaques.

Etudier ‘très sérieusement’ la question

Dans le même esprit, la Première ministre du Royaume-Uni Theresa May a jugé qu’il fallait étudier de manière très sérieuse la question du Bitcoin et des cryptomonnaies, au niveau international.

Ainsi, May juge que les compagnies technologiques doivent se concentrer sur la question de la responsabilité sociale, particulièrement dans les domaines du terrorisme et de la pédopornographie. La dirigeante britannique exprime ses craintes à propos de la possible utilisation des devises numériques à des fins criminelles.

Une proportion très importante d’activités illégales

Rappelons que d’après une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Sydney et de l’Université de technologie de Sydney, 44% des transactions en Bitcoin seraient associées à des activités illégales. En outre, 25% des utilisateurs seraient ‘mouillés’ dans des opérations illégales et/ou criminelles ! Selon l’étude, relayée par ‘The Independent’, les activités criminelles relèvent notamment du piratage, du blanchiment d’argent, du commerce de stupéfiants ou de la pornographie illégale.

Les chiffres dévoilés par l’étude font frémir. En effet, 24 millions de participants au marché Bitcoin utiliseraient la reine des ‘cryptos’ « essentiellement pour des activités illégales ». Ces utilisateurs peu scrupuleux conduiraient au total environ 36 millions de transactions chaque année, pour une valeur totale de… 72 milliards de dollars !

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here