La fameuse revue scientifique Nature a publié ce lundi, une information pour le moins déstabilisante au sujet du bitcoin. Si ça continue ainsi, la consommation électrique engendrée par le bitcoin serait un danger pour la planète, car à elle seule, elle pourra augmenter la température de deux degrés d’ici 2048. Une annonce qui suffit amplement pour alerter le monde entier sur les dangers éventuels de cette cryptodevise.

tout savoir sur la crypto

Cette étude menée par les chercheurs de l’université de Hawaï a secoué pas mal de monde. En effet, une seule transaction en bitcoin consommerait l’équivalent de la consommation totale en électricité d’un ménage américain en une semaine. Et même qu’à lui seul, le bitcoin consomme autant d’électricité que l’Autriche ou encore du Maroc tout entier avec ces 9 millions d’habitants. Si vous vous demandez pourquoi cette crypto-monnaie a besoin d’autant d’énergie, eh bien la réponse est simple : pour assurer sa sécurité ! Étant effectivement une monnaie dont le protocole ne passe pas par les banques, les transactions se passent grâce à un réseau d’utilisateurs connus sous le nom de « mineurs ».

Ces derniers utilisent des ordinateurs qui réalisent des opérations très compliquées (impossible pour le cerveau humain), et qui sont rémunérés en bitcoin. Donc plus le bitcoin prend de l’ampleur, plus les transactions vont nécessiter de l’énergie. Ce système permet donc d’assurer que le bitcoin reste jusqu’ici impossible à pirater. Cependant, le problème ne réside pas uniquement là, mais surtout dans la localisation des mineurs. En réalité, si ces derniers décident de s’implanter dans les endroits où l’électricité est abordable, cela ne poserait plus de problème, car ils ne produiront plus de CO2. Mais au contraire, la plupart des mineurs mondiaux sont basés en Chine, et utilisent de l’énergie d’origine fossile (produite en grande partie par des centrales à charbon), ce qui contribue encore plus à la production de CO2, et qui détruit notre couche d’ozone.

Pour l’instant, même si cette étude a créé auprès d’un bon nombre de personnes beaucoup de questionnement concernant surtout les répercussions environnementales, l’heure n’est pas encore à la panique. Pour l’instant, ce qu’en disent les chiffres est plutôt rassurant, car seulement 7% des habitants d’Amérique de Nord et de l’Europe de l’Ouest utilisent cette monnaie virtuelle, et seulement 0.3% des transactions en ligne sont effectuées par son biais. Ceci s’expliquerait par une réticence des grandes plateformes d’e-commerce, et la complexité de l’utilisation de cette crypto-monnaie ? En tout cas, une chose est sûre : ces chiffres ne sont pas encore assez alarmants pour laisser penser au pire.

Ajoutée à cela, cette étude s’est basée sur le principe que le bitcoin continue d’utiliser de l’énergie fossile, pourtant, il est tout à fait envisageable d’utiliser de l’électricité produite par de l’énergie renouvelable pour effectuer le mining à travers le monde entier. Pour finir, le mining peut aussi représenter une opportunité pour certaines centrales hydroélectriques européennes qui perd de plus en plus ses clients, et aussi les producteurs d’électricité verte dans le monde entier.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here