Après une explosion du cours du bitcoin en 2017, tout le monde s’attendait à le voir décrocher de manière vertigineuse dans les prochains mois. Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps puisque la plus célèbre des monnaies virtuelles a perdu plus des deux tiers de sa valeur depuis le 18 décembre 2017.

Après avoir culminé à près de 15400€ en décembre 2017, la cryptomonnaie ne valait plus que 5000€ le mardi 6 février 2018. Toutes les références de la finance tirent aujourd’hui la sonnette d’alarme : institutions financières internationales (FMI, Banque Mondiale…), régulateurs des marchés (AMF, SEC, FSA..), grands argentiers européens, et banques. Même le réseau social Facebook prend de la distance avec la cryptomonnaie en cessant la diffusion d’articles s’y référant !
La crise actuelle du Bitcoin, bien que prévisible de par la spéculation effrénée dont il a fait l’objet, est en plus accentuée par plusieurs décisions ou évènements internationaux d’importance :

  • En septembre 2017, le gouvernement chinois a ainsi décidé d’interdire le recours aux ICO (Initial Coin Offering – méthode de levée de fonds principalement utilisée dans le secteur des cryptomonnaies) et de s’attaquer aux sociétés s’adonnant à des levées de fonds illégales.
  • Le piratage et la faillite, en 2017, de plate-formes d’échange de cryptomonnaie, liés à des pratiques contestables de la part des entreprises lançant les ICO.
  • La décision des banques américaines d’interdire les transactions en bitcoins via les cartes de crédit pour prévenir le surendettement de leurs clients.
  • La menace, toujours sous-jacente, d’une intervention des régulateurs sur une monnaie dont l’idée d’origine est de s’affranchir des systèmes de contrôle monétaire traditionnels.
tout savoir sur la crypto

Aujourd’hui, la dernière mise en garde d’importance émane du directeur général de la Banque des règlements internationaux, cet organisme qui veille à la stabilité financière mondiale. Son responsable, l’économisme Agustín Carstens, qualifiait récemment le bitcoin de « bulle financière », de « montage Ponzi », c’est-à-dire de montage financier frauduleux consistant à rémunérer les investissements des anciens clients par les fonds procurés par les nouveaux entrants, et de « désastre environnemental », dû à l’énorme consommation d’électricité générée par les millions d’ordinateurs nécessaires à l’existence même de la cryptomonnaie.

Est-on en passe d’atteindre les limites de ce système libertaire rattrapé par la réalité de la finance mondiale ? A suivre…

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here