C’est un fait : les entités financières spécialisées dans les coins alternatifs n’ont pas le même statut ou les mêmes avantages qu’une banque traditionnelle. Pour tenter de gagner en légitimité, certaines d’entre elles manœuvrent actuellement pour obtenir une licence bancaire.

tout savoir sur la crypto

La demande a été faite par des entreprises aux Etats-Unis. C’est donc The Wall Street Journal qui a dévoilé l’information, stipulant que ces start-ups envisagent une expansion qui dépendra de cette certification. S’étant directement adressées au bureau américain des régulations des devises, ces sociétés pensent explorer de nouvelles possibilités d’action. Les types de produits proposés au grand public sont notamment prévus à la révision, élargissant leurs champs d’activités. Coinbase Inc., qui figure parmi ces entités requérantes, ne cache pas son ambition de toucher un maximum de personnes. Des entités moins connues telles qu’Ivy Koin se sont également jointes au projet, marquant un besoin réel de standardisation.

La demande semble, pour le premier, légitime : Coinbase est connu pour exploiter un volume important de données cryptées, dont une grande partie concerne des échanges de crypto-monnaies réalisés sur le territoire américain. Ces volumes, qui sont traités en fonction des négoces, ont récemment été analysés par les régulateurs US. Les premiers mois de l’année 2018 n’aura pas été évident pour la plateforme, qui s’est notamment heurté à WikiLeaks. Dans le cas d’Ivy Koin, la demande de licences bancaires peut être plus sensible. S’étant spécialisé dans les transactions mêlant devises fiduciaires et actifs virtuels, le site œuvre actuellement pour faciliter les opérations entre ces deux types de monnaies. Grâce à sa technologie de réseau de nœuds, Ivy Koin propose un accès personnalisable sur des données KYT et/ou KYC.

Cette accessibilité, qui peut être révoquée, est donnée aux entités financières, commerciales, mais aussi aux particuliers qui recherchent des solutions d’appoint rapides et faciles à utiliser. La démarche est sans précédent, et pourrait bien marquer un tournant dans l’histoire des crypto-monnaies. Dans le cas de Coinbase, la possession de licences en rapport avec les cryptodevises ont laissé penser que le groupe se focaliserait sur cette seule activité. Les internautes étaient ainsi loin de se douter que le géant avait déjà prévu de s’expandre. La requête concernant les autorisations d’exploitation bancaires renseigne sur le potentiel caché de la firme. Car aujourd’hui, Coinbase chercherait bien à s’imposer comme une solution alternative aux banques classiques.

Jusqu’à présent, les aptitudes de l’entreprise se limitaient au traitement des transactions avec des entités financières fiduciaires. Ce droit, acquis par le biais d’une licence des transferts d’argent, informe sur la légitimité de son activité aux Etats-Unis. Au mois de mars, la start-up s’était déjà illustrée en annonçant l’acquisition d’une licence pour les crypto-monnaies. Le document, délivré par la Financial Conduct Authority, autorisait officiellement le groupe à réaliser des transactions liées au cryptodevises sur le Royaume-Uni. Ceci inclut les transferts d’argent, mais également la fourniture de services. Réglementée par des termes stricts, cette autorisation prévoit d’améliorer l’expérience utilisateur, et donc leur ressenti, à l’utilisation des coins alternatifs.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here