Ce n’est plus un secret : le secteur des crypto-monnaies est envahi par des malfaiteurs d’un nouveau genre qui tentent d’exploiter les failles du système pour s’enrichir. Intégrées dans le domaine, les pratiques frauduleuses se multiplient, nécessitant une vigilance particulière de la police du web. Il y a quelques jours, de grosses quantités de drogues synthétiques ont été saisies par les forces de l’ordre espagnoles.

800.000 doses de LSD découvertes par la police

tout savoir sur la crypto

La police espagnole a récemment fait face à une nouvelle forme de deal de drogue, incluant les crypto-monnaies. Il y a quelques jours, 800.000 doses de LSD avaient été découvertes au cours d’une opération. La saisie de ces produits illégaux a rapidement été réalisée par les forces de l’ordre, démantelant une partie d’un vaste trafic opérant sur le Darknet. Si la démarche a permis la confiscation d’une importante quantité de substances illicites, elle entraîne la saisie de 5 millions d’euros… en crypto-monnaies ! Le fait divers n’est pas anodin, car il s’agirait de la plus grande prise ayant été réalisée sur le territoire européen. La nouvelle pourrait être historique, autant pour l’Union Européenne, que pour le secteur de la crypto-monnaie. L’opération, dirigée par Europol, a aussi vu le concours de la police fédérale Autrichienne.
Cette alliance aura permis l’arrestation de 8 suspects, pouvant avoir un rôle majeur dans un réseau de vente de drogues. En plus des 5 millions d’euro en crypto-monnaie, la police a aussi mis la main sur 3 autres millions en numéraires. Les malfaiteurs, qui disposaient d’une organisation pointue, avaient dissimulé leurs gains illégaux sur plusieurs comptes. Ce sont ainsi plus de 2 millions d’euros qui ont été découverts sur un compte Autrichien, et 700.000 billets qui ont également été confisqués. En dehors de ces biens liquides et cryptés, les équipes de police ont aussi compté 3 biens immobiliers, plus d’une dizaine d’automobiles de luxe, ainsi que plusieurs dizaines de sortes de drogues. Au total, les avoirs de ces dealers frôlent les 12 millions d’euros.

Plusieurs crypto-monnaies impliquées

La dissimulation d’une partie des gains sur des wallets en ligne avait permis à ce réseau de mener leurs activités, tout en préservant l’anonymat de ses membres. Dealer sur le Darknet ne les aura pourtant pas gardés à l’abri des forces de police, qui avait réussi à remonter certaines pistes. Opérant 2012, le groupe de malfaiteurs faisait importer de grandes quantités de matières premières destinées à créer leurs substances illicites. Ces produits, qui proviendraient en grande partie des pays asiatiques, étaient difficiles à repérer. Envoyées aux consommateurs par le simple biais de la poste, les marchandises circulaient librement, jusqu’à cette saisie. Le fait divers confirme encore une fois une réputation dont les crypto-monnaies essaient tant bien que mal de se débarrasser. Parmi les devises numériques utilisées, on retrouve ainsi le Bitcoin, mais aussi le IOTA, ou encore le LUMEN, une cryptocurrency open source de petite réputation qui doit encore se faire un nom auprès des adeptes de crypto-monnaies.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here