L’espoir est encore permis pour les crypto-monnaies. Si plusieurs institutions financières ont préféré se détourner de ces devises alternatives, d’autres s’engagent auprès de ces structures de nouvelle génération. Le HSBC, la banque britannique de référence au niveau international, a réalisé sa première opération utilisant une blockchain.

tout savoir sur la crypto

La transaction a regroupé les participations de HSBC et d’ING, qui ont réalisé la toute première opération de trading financier sollicitant les atouts d’une blockchain. L’événement est historique, que ce soit pour les cryptodevises, ou pour les entités financières. HSBC et ING, qui sont tous deux des acteurs majeurs dans leurs pays d’origine, ont exécuté une transaction de financement international. Le négoce s’est déroulé dans des conditions réelles, et s’est fait sur le site de R3. La start-up, qui met en avant un registre de distribution, s’est fait connaître en attirant des grandes banques françaises. Ces dernières, qui figurent aujourd’hui parmi ses investisseurs, ont ouvert la voie aux deux entités qui sont parvenues à boucler l’opération en 24 heures.

La performance est impressionnante, car elle fait un pied de nez aux durées de transactions traditionnelles. Celles-ci, qui varient habituellement entre 5 et 10 jours, paraissent totalement désuètes en comparaison de ce que les blockchains ont à offrir. L’opération, qui a été effectuée au nom du groupe Cargill, s’est présentée sous la forme d’une lettre de crédit. Le papier émit grâce à la plateforme DLT, a simplifié les démarches entre des acteurs positionnés dans différentes parties du monde. Ces acteurs, qui appartiennent tous au groupe Cargill, testaient ainsi pour la première fois une alternative de transaction facilitant les échanges entre les différentes filiales. La transaction, qui concerne des matières premières agricoles, concernait l’expédition des marchandises provenant de l’Argentine vers la Malaisie. L’opération enregistrait la participation d’un service commercial basé à Genève, ainsi que la collaboration d’une branche intermédiaire établie à Singapour.

L’essai n’avait pas pour unique but de faire découvrir les crypto-monnaies, ou de faire comprendre leur potentiel au grand public. La manœuvre visait principalement à valoriser la viabilité commerciale des blockchains. L’aspect opérationnel a aussi été mis en avant. Pour les acteurs financiers, la réussite de l’opération a permis de prouver qu’il était possible de numériser le commerce au niveau international. Plus rapides et classiques que les échanges traditionnels, les transactions réalisées grâce aux nouvelles technologies aideraient à gagner un temps précieux. Les représentants d’ING et de HSBC ont affirmé que le bon déroulement de cette première tentative a été décisif pour les deux partis.

Les avantages ne seraient pas seulement pour les organismes bancaires, qui voient là une nouvelle opportunité de rentabiliser leurs activités. Les acteurs économiques sont les grands gagnants, car les opérations commerciales ne comporteraient plus autant de démarches inutiles. En plus de cette apparente rapidité, le système proposé par les blockchains serait aussi plus sûr pour les entreprises commerciales. Celles-ci pourraient ainsi compter sur la transparence des blocs pour suivre les opérations en cours, innovant autant sur la technique que sur le suivi.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here