À Malte, le Bitcoin a quasiment été adopté par le gouvernement, et la population. Le pays, qui s’est auto-proclamé « blockchain island », s’est à nouveau exprimé sur le sort de la chaîne de blocs, et des crypto-monnaies. Des « prédictions inévitables » céleraient ainsi le sort des monnaies numériques, que le Premier ministre local présente comme les monnaies d’avenir.

Une formule performante sur le long terme

tout savoir sur la crypto

C’est dans un discours à l’Assemblée générale des Nations Unies que Joseph Muscat a fait des déclarations étonnantes sur le compte des monnaies digitales. Le Premier ministre maltais a ainsi affirmé qu’il considérait la blockchain comme un outil révolutionnaire. Cette technologie serait la seule viable pour permettre aux crypto-actifs de se démocratiser ; plus encore : de devenir l’argent du futur. Une position qui confirme de précédentes déclarations, dans lesquelles Muscat avait fait connaître son intérêt pour les crypto-monnaies. Dans cette première annonce, le Premier ministre affirmait que le bitcoin, et la blockchain permettraient d’éliminer les fournisseurs de services tiers. En optant pour cette alternative numérique, il serait ainsi possible d’offrir plus de liberté aux utilisateurs. Cette liberté se constate tant au niveau de la qualité de l’information, qu’à celui des opérations financières.

Joseph Muscat a fait savoir qu’il croit que la technologie de la blockchain va irrémédiablement révolutionner les systèmes actuellement en place. Ces améliorations resteraient pourtant encore à initier, incitant la petite île à se lancer dans ce qu’il qualifie d’« île de blockchain ».

La localité est historiquement la première juridiction au monde à appliquer une réglementation de cette technologie. Dénonçant un vide juridique dans lequel les crypto-monnaies continuent de se développer, le gouvernement prédit que la transparence du modèle de la blockchain est impérative pour assurer l’avenir de la crypto-monnaie. L’attitude de l’île envers le bitcoin et consort est saluée par les investisseurs, qui envisagent de se positionner dans le pays pour profiter des prochaines avancées du secteur.

Un outil qui a encore tout à prouver

Muscat ne tarit pas d’éloges sur la technologie qui l’a séduit. L’homme ajoute : « La blockchain peut fournir des solutions aux systèmes de soins de santé où les patients ont la propriété réelle de leurs dossiers médicaux ». Le Premier ministre continue en affirmant que les systèmes d’échange de droits d’émission pourront bientôt être mis à jour, améliorés radicalement, pour offrir de meilleures conditions d’utilisation. Selon lui, la blockchain a aussi la capacité d’aider la vérification des aides humanitaires, afin que celles-ci puissent réellement servir aux causes qu’elles soutiennent.

Joseph Muscat confirme être un adepte de la blockchain : il prédit également que cette technologie permettra d’assurer que chaque citoyen puisse profiter de ses biens légitimes, sans craindre une altération de ses données. La récente levée de l’interdiction de diffusion émise par Google conforte les idées de l’homme politique qui espère que les crypto-monnaies soient adoptées à un niveau plus important. Des prévisions enthousiastes, à un moment où la grande majorité des pays tentent tant bien que mal de trouver des solutions de réglementation pour utiliser sereinement les crypto-monnaies.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here