La fièvre des crypto-monnaies engendre-t-elle des folies ? C’est bien la question qui se pose, après que des kidnappeurs aient exigé une rançon en Bitcoin. Le fait divers s’est déroulé en Afrique du Sud, et marque une première dans le secteur de cryptodevises.

tout savoir sur la crypto

L’anecdote fait penser à un titre du Gorafi, et pourtant, la nouvelle est bien réelle : en Afrique du Sud, un adolescent a été la victime d’un rapt. Si l’annonce n’a d’abord été considérée que comme un fait divers parmi tant d’autres, elle a vite pris de l’ampleur lorsque le public a découvert la condition de libération imposée par les ravisseurs. Ces derniers avaient, en effet, demandé un paiement en Bitcoin, dont la valeur équivalait à près de 105.000€. Une demande insolite qui n’a pas manqué d’interpeller, mais qui est loin d’avoir amusé la police locale. La victime, qui est tout juste âgée de 13 ans, a été kidnappée dans la localité de Witbank. La province, qui se situe dans la partie orientale du pays, se trouve dans la région de Mpumalanga.

L’enlèvement a été rapide : le groupe, qui n’a, jusqu’à présent, pas été identifié, s’était enfui à bord d’un véhicule. Les parents de l’adolescent semblent avoir été personnellement visés, car les malfaiteurs se sont adressés à eux pour demander la rançon. La demande est bien particulière et inhabituelle, mais n’a pas seulement étonné par son contenu. Plutôt que de se référer directement aux proches de la victime, les kidnappeurs ont cette fois choisi de laisser une note sur les lieux du rapt. Cette note comportait notamment les conditions de libération, ainsi que la demande de rançon, réclamant spécifiquement des crypto-monnaies. Ce serait le premier cas avéré de kidnapping incluant des altcoins dans le pays.

L’Afrique du Sud est pourtant familier des enlèvements. Ces derniers sont en constante recrudescence, et le phénomène semble se confirmer à mesure que le temps passe. Des tentatives d’extorsion, celle-ci est une des plus utilisées. Si les communautés les plus fortunées sont aussi celles qui sont les plus sensibles, les cas de rapts touchent toutes les couches sociales. Cette fois, c’est la nouvelle génération de fortunés qui a été visée. Une nouvelle qui ne risque pas de redorer l’image des crypto-monnaies, que les africains considèrent majoritairement comme immoraux. Les crypto-actifs, qui y sont souvent reliés au blanchiment d’argent, offre donc de nouvelles perspectives aux criminels.

Dans cette affaire en particulier, la rançon était donc de 15 Bitcoins. Les ravisseurs, qui faisaient comprendre que la demande n’était pas négociable, comptaient sans aucun doute sur l’intraçabilité du système pour échapper aux autorités. Ceci est le second cas de chantage connu, avec une exigence de paiement en Bitcoin. Au mois de mars, des hackers avaient déjà semé la panique en infiltrant le système de la municipalité d’Atlanta. Le « coup de maître », qui a, par la suite été médiatisé, a retenu l’attention du public par la demande de paiement en crypto-monnaies.

tout savoir sur la crypto

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here