La tendance des monnaies virtuelles, comme Bitcoin, n’est encore qu’à ses débuts. Leurs utilisateurs sont actuellement limités à quelques milliers de personnes seulement. La future entrée en scène de Libra, la cryptomonnaie annoncée par Facebook, pourrait faciliter leur démocratisation. Le défi reste néanmoins de taille, car le concept de monnaie numérique est encore très méconnu. Par ailleurs, les Etats doivent aussi donner leurs approbations, pour que ces moyens de paiement soient officialisés. Néanmoins, les milliards de personnes utilisant Facebook pourraient être plus réceptives à Libra.

Libra redonne du tonus aux cryptomonnaies

tout savoir sur la crypto

La tendance des cryptomonnaies n’a pas pu franchir une certaine limite depuis les dix ans de lancement du Bitcoin. L’incompréhension du système monétaire virtuel et surtout la méfiance qu’il rencontre chez le public pourraient néanmoins être plus facile à abolir grâce au lancement de la cryptomonnaie Libra de Facebook.

Qu’est-ce que Libra ?

Libra est la monnaie numérique qui sera lancée par Facebook en 2020. Elle sera utilisée comme moyen de paiement et implémentée dans de nombreuses applications, comme Messenger et Whatsapp. Cela permettra à coup sûr d’envoyer de l’argent dans le monde entier en utilisant un simple mobile via internet. David Marcus, son créateur, connaît bien le monde des transferts monétaires, ayant travaillé pour Paypal. Il connaît également tout le potentiel d’une cryptomonnaie intégrée à de telles applications, puisqu’il a également géré la plateforme Messenger de Facebook. Les plusieurs milliards de propriétaires de compte Facebook et Whatsapp seront les premiers utilisateurs potentiels de Libra. La blokchain de cette dernière sera gérée par une fondation et filiale de FB nommée Calibra. Cette dernière a comme parmi ses 28 membres fondateurs, Facebook, Paypal et Visa. Une telle union ouvre à bien plus de perspectives, puisque ces sociétés sont mondialement reconnues et ont déjà fidélisé des milliards de clients depuis des décennies. On peut donc s’attendre à une utilisation massive de Libra, si cette cryptomonnaie est déployée à travers leurs services de paiement et de transfert financier. A titre d’exemple, Visa rassemble plus de 4 milliards d’utilisateurs dans le monde. Si cette cryptomonnaie peut être échangée entre les comptes ou les cartes Visa, elle deviendra une monnaie internationale et une véritable base d’échanges de devises.

Libra ouvre la porte aux cryptomonnaies

Avec Libra, Facebook a pour objectif de créer une monnaie décentralisée et facile à utiliser via internet. Grâce à sa blockchain, cette cryptomonnaie garantit la sécurité de la plateforme de paiement et des transactions. Vous pouvez ainsi acheter des biens et des services auprès des sociétés qui disposent d’un compte FB et Whatsapp. De plus, grâce à sa technologie, Libra permet de valider des paiements quasi-instantanément, peu importe où dans le monde. Avec tous ces atouts, elle va donc pouvoir toucher un maximum d’utilisateurs potentiels. De plus, elle pourra plus facilement abolir les barrières de méfiance envers les cryptomonnaies, en usant de la tendance Facebook qui est devenue presque universelle en une décennie. En dehors des particuliers, Libra dispose aussi de nombreux atouts pour se faire adopter par les entreprises. En effet, elle propose une architecture supportant une couche d’applications à code open-source. Cela permet ainsi aux professionnels de développer des API adaptées à leurs besoins et d’accepter des paiements en Libra. Cette monnaie virtuelle sera disponible à la vente pour être facile d’accès à tout un chacun. Grâce à elle, l’insertion des cryptos dans la vie quotidienne sera sûrement plus facile au sein des communautés encore récalcitrantes quant à leurs usages et leurs avantages.

Doit-on se méfier de la cryptomonnaie Libra ?

Grâce à ses atouts, Libra peut être en marche pour devenir la monnaie du web. Il est cependant judicieux de faire un inventaire des risques potentiels de l’insertion d’un tel système en parallèle à une économie nationale.

Libra, une crypto à fins commerciales ?

Libra pourra être utilisée avec un simple mobile android ou iOS pour envoyer et recevoir des paiements. La condition serait uniquement de disposer d’un compte Facebook pour pouvoir en profiter. La méfiance serait donc de mise, surtout au niveau de la confidentialité des transactions, mais également de la vie privée et de la situation financière des propriétaires de compte. Néanmoins, Facebook annonce qu’aucune donnée ne sera utilisée à des fins de ciblage commercial. En effet, lors de l’achat d’un produit, la transaction peut très bien être examinée pour calibrer les types de publicité qui peuvent intéresser l’acheteur.

L’avenir des monnaies locales face à Libra

Le véritable obstacle que peut rencontrer Libra est au niveau des Etats eux-mêmes. En effet, l’insertion des cryptomonnaies peut avoir des avantages, mais peut également devenir une menace pour la monnaie d’un pays. Le contrôle de l’économie d’un Etat serait alors transféré vers un groupe de sociétés privées. Néanmoins, dans les pays émergents, l’utilisation d’un porte monnaie virtuel intégré à un smartphone peut être une alternative intéressante face aux difficultés d’intégration bancaire de la majorité de la population. Il est cependant à voir si la Libra propose une bonne stabilité pour permettre à des nations asiatiques et africaines d’y trouver une réelle solution économique.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here