A la veille de sa nomination à la direction de la BCE (Banque Centrale Européenne), Christine Lagarde annonce qu’un vent favorable à un développement encadré des crypto-devises est en vue. L’ancienne ministre française de l’Economie et directrice du FMI (Fonds Monétaires International) s’est en effet déjà prononcée sur le contexte actuel des émissions de cryptomonnaies et a notamment promis à ces dernières de mettre en place les législations nécessaires à leurs lancements et utilisations.

tout savoir sur la crypto

Cela permet ainsi à des monnaies, comme le Bitcoin, d’espérer la constitution d’un cadre réglementaire qui leurs permettra de s’intégrer plus facilement à l’environnement financier.

Christine Lagarde en faveur de l’innovation technologique financière

Après avoir été auditée ce 04 septembre à Bruxelles par la Commission des affaires économiques et monétaires de l’UE, Christine Lagarde est en bonne voie pour succéder à Mario Draghi. En effet, si elle a passé haut la main le vote au niveau du Comité, ce résultat devra encore être conforté par l’ensemble des Parlementaires européens à la fin du mois.
Néanmoins, il s’avère que ce ne sera qu’une formalité pour la candidate à la Direction de la BCE. Sa nomination est d’ailleurs très attendue par les acteurs du secteur de la cryptomonnaie.

L’ancienne directrice de la FMI veut stimuler le secteur de la blockchain

Christine Lagarde invite les banques centrales à reconnaître l’importance des cryptomonnaies, ainsi que les avantages qu’elles peuvent apporter au secteur de la finance traditionnelle. Elle juge ainsi que les institutions ne doivent pas ignorer les actuelles révolutions qui sont en cours de changer le monde financier.

Pour que les technologies de la blockchain puissent démontrer tous leurs potentiels, il est ainsi essentiel que les régulateurs accélèrent la mise en place d’une politique plus souple à l’égard de ces changements, grâce à un cadre réglementaire plus ouvert. En effet, le principal obstacle auquel se heurtent actuellement de nombreux projets cryptos est dû au vide législatif. C’est notamment l’une des raisons pour lesquelles certains lancement de monnaies virtuelles, comme la Libra de Facebook, suscitent de grandes inquiétudes et oppositions de la part des gouvernements et des institutions.

D’ailleurs, dans l’une de ses déclarations du mois, la future présidente de la BCE souligne la nécessité de la fonction de sécurisation et de surveillance attribuée aux banques centrales au niveau de l’univers financier. Elle juge également que ces dernières se doivent d’être plus ouvertes et plus attentives aux innovations, pour ne pas passer à côté des opportunités qu’elles offrent.

Le manque de réglementation des cryptomonnaies nuit à leurs bons développements

Actuellement, le secteur des cryptomonnaies reste limité à quelques millions, voire milliers d’utilisateurs. Cette situation est notamment due à l’existence de nombreux risques de sécurité et d’investissement auxquels restent confrontés les utilisateurs. Le développement de l’univers des cryptomonnaies dépend ainsi surtout de celui de leurs encadrements législatifs. Christine Lagarde déclare ainsi que les banques centrales doivent désormais s’activer à la définition des réglementations qui vont favoriser les innovations du secteur financier, dont le monde crypto monétaire, tout en garantissant la protection des utilisateurs.

Cela implique entre autre des règles ciblant la protection de la vie privée, mais aussi la garantie de la stabilité des cours et la lutte contre la criminalité financière. Les réglementations qui seront adoptées pour les crypto-actifs devront ainsi proposer un compromis pour le développement des technologies blockchain, tout en offrant les mêmes garanties que dans le secteur financier traditionnel.

Christine Lagarde, une vision plus positive sur les crypto-actifs

Christine Lagarde, la candidate à la succession de Mario Draghi, l’actuel Président de la BCE, veut faire bénéficier d’un espace de développement à la technologie de la blockchain, ainsi qu’aux cryptomonnaies qui en découlent. Pour cela, elle mise sur la création d’une réglementation favorable aux innovations du secteur financier, tout en garantissant l’intérêt public. En effet, selon elle, ces technologies proposent de larges avantages sociaux et ne doivent donc pas être réprimées par des réglementations inappropriées ou trop contraignantes.

Les crypto-devises pourraient bientôt profiter du soutien de la BCE

Si son prédécesseur Mario Draghi jugeait les cryptomonnaies comme étant trop risquées, Christine Lagarde estime que ces risques peuvent et doivent être contrôlés par des règlementations appropriées. Sa nomination annonce ainsi la prise d’une position plus souple à l’égard des technologies blockchain par la Banque Centrale Européenne. Cette dernière devrait ainsi réserver une partie de son emploi du temps à la mise en place du cadre règlementaire qui fait encore défaut au secteur des cryptomonnaies.

D’ailleurs, la BCE a déjà réalisé et publié une étude concernant la volatilité des cours des monnaies virtuelles et a notamment dévoilé que les stables coins sont actuellement ceux qui peuvent offrir le meilleur compromis en termes de stabilité. En effet, ces actifs numériques proposent un cours qui est adossé à une monnaie fiduciaire, sans en être une dérivation. Grâce à ce concept, ces monnaies virtuelles bénéficient d’un ensemble d’outils qui permettent de réduire les risques de grande volatilité. Avec leurs fluctuations réduites, les stable coins proposent déjà une voie de développement plus fiable à la technologie des blockchains.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here