Il y a 17 ans, un protocole pour transférer des données à travers la toile a été mis en place par Bram Cohen. La technologie, qui s’est fait une réputation pour sa capacité à pirater les contenus audio et vidéo, a été une petite révolution sur la toile. Aujourd’hui, son créateur espère révolutionner un autre protocole, et apporter un changement majeur sur le web qui permettrait, cette fois, de transférer de l’argent.

D’une technologie révolutionnaire à l’autre

tout savoir sur la crypto

Si Bram Cohen a commencé son ascension sur la toile grâce à BitTorrent, il pense aujourd’hui à élargir son activité en se lançant sur le marché des crypto-monnaies. En effet, détenir une des plateformes les plus courues de la toile ne suffirait plus à l’homme d’affaires. Son nouveau projet se concentre sur sa dernière création : Chia, une startup qui possède sa propre monnaie digitale, et qui travaille à rendre les crypto-monnaies viables sur le secteur financier. Pour Bram Cohen, les problèmes techniques représentent une source de motivation infinie.

Le développeur de 42 ans, qui a pour ambition de mener ce projet à bien dans les meilleurs délais, pense à établir sa nouvelle startup au siège de Wells Fargo. L’immeuble, qui abrite déjà plusieurs locataires œuvrant dans le secteur financier, est un des plus réputés de San Francisco.

Le projet de l’homme d’affaires est pour le moins audacieux. Alors que les organismes de régulation incitent les startups de crypto-monnaie à ne pas se laisser restreindre par les valeurs mobilières, Cohen choisit de se positionner géographiquement auprès des institutions financières de référence. Pour le président et directeur technique de Chia, le fait que la SEC scrute son activité est cependant un signe positif.

L’organisme, qui se plaint régulièrement du marché peu stable des crypto-monnaies, concentre aujourd’hui ses efforts sur les ICO. Cohen affirme vouloir opter pour une approche distincte, en mettant à disposition une ICO classique avant fin 2018. Le but : inscrire les actions à la cote d’une bourse de valeurs à petite capitalisation. Les revenus de Chia permettront aux banques de construire des systèmes efficients pour utiliser la crypto-monnaie de la maison pour des virements internationaux.

Un système similaire au Bitcoin, mais autrement

Le système de cette nouvelle monnaie digitale repose sur deux nouveaux protocoles cryptographiques. Le premier est focalisé sur la vérification du stockage d’un ordinateur, quand le second est dédié à la protection contre les fraudes. Le second protocole devrait aussi permettre de déterminer quels mineurs obtiennent des récompenses en vérifiant les transactions. Une fois que le chia sera lancé en 2019, elle devrait attirer les institutions financières en raison d’une flexibilité supérieure à celle du bitcoin.

Comme la crypto-monnaie de Nakamoto, le Chia se construit autour d’un document partagé, non-modifiable, relatant des transactions passées. Celle monnaie est également conçue pour prendre en charge des extensions personnalisées : automatiser les contrats, bloquer les fonds ou implémenter des fonctionnalités… elle offre des atouts ignorés par le Bitcoin, et pourtant essentielles pour le système financier. Un équivalent du Bitcoin, donc, mais en mieux.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here