Dévoilée il y a deux ans à l’occasion de sa première levée de fonds, le projet de cryptomonnaie GRAM de Telegram et son réseau TON (Telegram Open Network) doivent être obligatoirement lancés avant le 31 octobre. En effet, passé ce délai, les 1,7 milliards de dollars de fonds levés auprès de 94 investisseurs de grands noms devront être remboursés à ces derniers.

tout savoir sur la crypto

Malgré que le projet doit encore bénéficier de l’autorisation des gouvernements et des régulateurs financiers, un email adressé aux investisseurs a récemment confirmé que les tokens seront bien distribués d’ici la fin du mois. Parmi les investisseurs impliqués, on cite entre autre Lightspeed Capital et Benchmark.

Prévu pour être directement intégré au service de messagerie Telegram, cette technologie de paiement numérique bénéficie d’un potentiel d’adoption énorme, soit plus de 300 millions d’utilisateurs. Elle permettra d’acheter des biens et des services, mais également d’échanger des données, avec la même facilité que l’envoi de message. Sa principale particularité réside dans sa technologie de chiffrement crypté, qui garantit la confidentialité et l’intraçabilité des transactions.

Déploiement de TON et distribution des Grams en vue

Alors qu’il reste moins d’un mois pour le lancement des tokens natifs Grams, il s’avère que Telegram pourra respecter le contrat qu’il a passé avec les investisseurs ayant participé à ses levées de fonds. L’entreprise n’aurait donc plus à craindre de devoir rembourser les participations financières de ces derniers. En effet, selon l’email envoyé aux investisseurs, les Grams sont prêts à être distribués après qu’une période de test ait été réalisée avec succès.

Les investisseurs de TON recevront leurs tokens GRAM dans le courant octobre

Dans le cadre du contrat qu’il a signé avec les participants à ses levées de fonds pour le développement du réseau de blockchain TON, Telegram a pour obligation de réaliser la distribution des tokens Grams avant le 31 octobre, sous peine de devoir rembourserles fonds levés. Dans l’attente de leurs tokens, les investisseurs ont récemment un email de la part de l’entreprise. Ce message les informe que le réseau TON a passé avec succès la période de test qui était prévue avant le lancement. Il rassure également quant au respect du délai initialement imposé pour le déploiement du réseau.

Cette information a été dévoilée par Coindesk, qui rajoute également que l’authenticité de cet email a bénéficié de la confirmation de Mitja Goroshevsky, le CTO de TON Labs. Ce dernier est la startup chargée de la conception des outils utilisés par les développeurs du réseau de Blockchain de Telegram.

Le procédé de déploiement de TON et des crypto-actifs GRAM

Dans sa note adressée aux investisseurs du projet TON, Telegram précise que la distribution des tokens Grams peut être commencée. L’entreprise y précise aussi que tous les participants recevront ainsi les jetons qu’ils ont achetés lors des levées de fonds au plus tard le 16 octobre. Pour que la distribution puisse avoir lieu, la firme de l’application de messagerie cryptée invite ces investisseurs à lui communiquer leur clé publique. Cette dernière permettra à l’entreprise de leurs transférer les Grams.

Le message assure également que ladite clé sera confirmée en se basant sur les informations que les investisseurs ont communiquées à travers les contrats d’achat des tokens qu’ils ont signés lors des levées de fonds. Le message ajoute également que chaque investisseur devra fixer son validateur de nœuds, car ces derniers n’incluront ni Telegram, ni la Fondation TON.

Les réactions éventuelles des autorités face au lancement de la blockchain décentralisée TON

Actuellement, aucune information n’a encore été publiée par Telegram concernant les autorisations ou les licences accordées à son projet de lancement du Gram. Or, il est à noter que ce dernier dévoile de nombreuses similitudes avec le Libra de Facebook, qui suscite actuellement l’opposition de nombreux gouvernements et régulateurs financiers de part le monde, dont surtout aux USA et en Europe. Par ailleurs, l’application de messagerie Telegram a déjà rencontré de nombreuses tentatives de censures et d’interdiction à cause de ses échanges cryptées.

TON, un réseau décentralisé de transactions cryptos cryptées : attente des réactions des régulateurs

La blockchain TON sera directement intégrée à l’application de messagerie instantanée Telegram et permettra d’envoyer des Gram aussi rapidement qu’un message à travers le monde entier. Bénéficiant de 300 millions d’utilisateurs, dont surtout des cryptonnautes, cette application est cependant accusée d’abriter également des terroristes et des djihadistes. Ces derniers y profiteraient des proxys VPN intégrés par défaut pour se transmettre des messages confidentiels et intraçables.

Alors que les régulateurs financiers internationaux imposent des règles d’identification et d’authentification sévères (KYC/AML) aux acteurs de la sphère cryptographiques, pour lutter contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, les fraudes et d’autres activités illégales, les fonctionnalités de Telegram semblent totalement enfreindre ces règlementations.

Avec le lancement de TON malgré l’absence des autorisations nécessaires, l’entreprise berlinoise pourrait rapidement devenir la cible des autorités de nombreux pays. Ces dernières pourraient ainsi interdire l’usage de la blockchain TON et des tokens Grams, mais également l’application de messagerie elle-même. Les responsables de la société pourraient même encourir des sanctions plus sévères. Cette dernière bénéficie cependant d’un volume de 12 milliards de messages échangés par jour.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here