Le mot est passé : les crypto-monnaies sont toujours considérées comme des alternatives financières fragiles. Malgré d’incessantes tentatives de valorisation, leur image reste négative pour de nombreuses raisons. Cette apparente fragilité peut-elle avoir un impact sur leur développement ? Il semble que les avis soient, une fois de plus, divergents. Les doutes assaillent les mineurs qui doivent aujourd’hui jongler avec certains aspects peu reluisants des crypto-monnaies.

Un modèle à capacité limitée

tout savoir sur la crypto

La première cause de la fragilité des altcoins serait leur potentiel limité. S’ils ont l’ambition de remplacer peu à peu les monnaies traditionnelles, ils n’auraient pas encore assez d’atouts pour s’imposer comme une alternative fiable. Les crypto-monnaies seraient ainsi d’actifs faciles à adopter… mais qui seraient fortement inadaptés à un usage mondial. Les risques qu’ils comportent tout comme le manque de stabilité du marché, sont longuement évoqués. Ces limites ne seraient pas uniquement d’autre théorique. Pour la Banque des règlements internationaux, ils sont réels et ne doivent pas être pris à la légère. Leur aspect décentralisé, qui rassure au premier abord, ne serait ainsi qu’un argument de plus en leur défaveur.

Bien que les crypto-monnaies puissent intéresser les internautes qui recherchent un système pratique et discret, elles seraient loin d’apporter les garanties que les monnaies conventionnelles peuvent offrir. Ces faiblesses pourraient-elles générer une perte de confiance généralisée ? Si on en croit les experts, il y a de fortes chances pour que les curieux soient découragés par ces inconvénients, et qu’une certaine forme de désintéressement soit constatable.

Cette perte de confiance devrait ainsi être perceptible à mesure que le nombre d’utilisation croît. La raison en serait toute simple, car une augmentation marquée du nombre de mineurs équivaudrait aussi à une baisse d’efficacité notable. La faible évolution des volumes, tout comme la possible paralysie des réseaux, engendreraient inévitablement la déception auprès des nouveaux adeptes qui n’auront pas connu leurs premières performances.

Un désastre pour l’environnement

La faiblesse des crypto-monnaies résiderait aussi dans leurs besoins en énergie. En effet, le coût énergétique lié au minage dépasserait l’entendement. Pour les mineurs, il s’agit donc d’une dépense qu’il faut prendre en compte pour calculer la rentabilité des gains. Pour les écologistes et les spécialistes environnementaux, les quantités demandées engendrent un véritable désastre écologique. Le modèle décentralisé nécessite une quantité d’électricité phénoménale, dont les coûts correspondent à celles d’un petit pays développé. On pense notamment aux provinces francophones du Canada, qui font aujourd’hui face à des restrictions dues aux trop grosses consommations liées aux crypto-monnaies.

Les quantités relevées, qui ne sont encore qu’un aperçu de ce que nécessiterait réellement un système à portée internationale, alarment. Les mineurs déplorent pourtant ces analyses qui, selon eux, ne reposent sur aucun élément comparatif viable. Notons également que l’absence d’un modèle extensible est signalée comme étant un inconvénient majeur de ce type de monnaie. Pertinentes en petits nombres, les transactions deviendraient de moins en moins intéressantes à mesure qu’elles se multiplient. Un point faible doublé par un potentiel de transfert très bas, peu adapté au commerce international.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here