L’avenir des crypto-monnaies sera-t-il aussi glorieux qu’on nous l’annonce depuis quelques années ? Face aux incertitudes qu’implique cette nouvelle forme de finances, les internautes sont partagés. Pour la Banque des Règlements internationaux, l’univers des altcoins comprendrait bien des risques pour la toile. Les crypto-monnaies, dont l’avenir s’annonce sombre, est encore une fois au cœur de la polémique.

Une mise en garde récurrente

tout savoir sur la crypto

Les crypto-monnaies n’auraient pas les atouts nécessaires pour s’adapter aux opérations du quotidien. C’est, en tout cas, ce qu’affirme la Banque des Règlements Internationaux, qui s’est intéressé aux mouvements des altcoins. L’organisme, qui regroupe une soixantaine de centres bancaires, soulève à nouveau les doutes par rapport aux réelles capacités du Bitcoin. Le modèle en lui-même est mis en cause, car nécessite des calculs informatiques complexes. La quantité des volumes traités en une opération, multipliée par le nombre de transactions générées en un jour, affole la BRI. Selon elle, le mode de fonctionnement du Bitcoin et de ses concurrents pourrait, à terme, « bloquer » la toile.

Les exigences des cryptodevises en matière de stockage pourraient ainsi dépasser les capacités actuelles du web. Les termes employés par la BRI appellent à la réflexion. D’après elle, les altcoins ne disposent pas des caractéristiques nécessaires à une utilisation à grande échelle. Ils ne seraient donc pas assez pertinents pour être lancés à l’échelle mondiale, encore moins pour être enregistrés comme « monnaies souveraines ». Ce n’est pas la première fois que la Banque des banques centrales lance une mise en garde contre les crypto-monnaies. Cela fait maintenant quelques mois que l’organisme s’exprime régulièrement pour mettre en avant les lacunes des monnaies alternatives.

Un modèle fragile et peu fiable

C’est notamment un des reproches que la BRI fait aux cryptocurrencies : le modèle général enregistrerait un trop grand nombre de lacunes pour être intéressant. Si la décentralisation des systèmes monétaires virtuels est perçue comme une force pour les mineurs, elle serait loin d’être un élément pertinent pour la banque principale. Ainsi, les crypto-monnaies seraient à la fois pénalisées par leur évolutivité instable, mais aussi par leurs faibles capacités. Car oui, les crypto-monnaies demanderaient finalement trop de ressources pour être rentables. Pour la BRI, un des principaux inconvénients se situe au niveau de la capacité de stockage demandée. Les opérations générées par les altcoins seraient assez encombrantes pour saturer des serveurs en moins d’un mois.

Cette estimation, qui se base sur l’analyse des données traitées à la seconde, montre que les crypto-monnaies les plus utilisées ne peuvent réaliser plus de 3 transactions sur ce laps de temps. Une performance qui se situe loin derrière les performances des systèmes classiques, pouvant enregistrer jusqu’à 3500 opérations par seconde. La BRI ne s’est pourtant pas arrêtée là : elle note également que le modèle des blockchains augmente les risques de paralysie du système. L’incapacité de traiter les informations instantanément est aussi signalée, et met en avant une faille conséquente que la vulgarisation des crypto-monnaies ne prend pas encore en compte.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here