La devise cryptographique se démarque des références fiduciaires que l’on utilise habituellement dans le commerce. Si sa démocratisation reste relativement faible, elle reste assez importante pour inciter les commerces Marseillais à accepter le paiement en Bitcoin. Une nouveauté qui incite à se tourner vers de nouvelles solutions de paiement, et à s’intéresser aux technologies de paiement plus abouties.

Le marché des services, principal concerné

tout savoir sur la crypto

New York et Paris sont les premiers à avoir officialisé le paiement en crypto-monnaie auprès de points commerçants. Si ces villes offrent la possibilité d’acheter un café, ou une glace grâce à un wallet en ligne, Marseille n’a pas encore atteint un niveau semblable. La ville ne possède pas d’établissement de restauration qui accepte les règlements en Bitcoin : elle cumule les petits centres d’activités favorables aux crypto-monnaies. À Marseille, ce sont les professionnels de l’esthétique, de la mode, de la vente d’accessoires, et autres services juridiques qui sont les premiers à dire « Oui » au Bitcoin.

Ces secteurs d’activité seraient aujourd’hui ceux qui présentent le plus de perméabilité aux crypto-monnaies. Ils n’auront d’ailleurs pas attendu l’initiative des organismes bancaires, ou d’Etat pour se décider. Plusieurs prestataires de services, ainsi qu’un certain nombre de marchands d’accessoires, contribuent directement à la vulgarisation de la solution.

Le secteur de l’immobilier n’est pas en reste : en 2017, des particuliers se sont lancés dans la location de leur logement, en incluant les crypto-monnaies comme alternatives de paiement. Parmi elles, le Bitcoin, mais également d’autres altcoins qui permettent à leurs clients de sélectionner librement la solution qu’ils préfèrent. Ces particuliers, qui ont décidé d’afficher un prix fixe, qui ne souffre pas des fluctuations des cours.

Dans le même secteur, une agence immobilière s’est fait une réputation auprès des amateurs de crypto-monnaies, en acceptant d’être payés grâce aux monnaies digitales. Salons de beauté, cabinets de services juridiques… Marseille regroupe des entités professionnelles qui sont aujourd’hui plus intéressées par la perspective d’un règlement en ligne, que par les solutions fiduciaires classiques.

Des clients favorables à l’anonymat

Les clients sont, pour leur part, attirés par l’idée de faire leurs achats en tout anonymat. Une enseigne locale propose d’ailleurs d’acquérir des valeurs de Bitcoin, offrant aux acheteurs la possibilité de profiter pleinement des avantages d’un portefeuille de crypto-monnaies. Mazer Shop, situé dans les Docks Village, a récemment renouvelé sa réputation en offrant des unités de monnaies digitales aux particuliers, quel que soit leur lieu de résidence, ou leur qualité.

L’approche de la boutique permet aux utilisateurs de monnaie digitale d’acquérir les valeurs dont ils ont besoin, sans risquer de se faire dépouiller sur la toile. Certains sites, peu scrupuleux, n’hésitent pas à délester les internautes de leurs crypto-monnaies. Il y a peu, un retraité vivant à Marseille s’est fait voler l’équivalent de 810.000€ en monnaies numériques. Un rapt qui a été perpétré par un faux courtier, agissant sur un site peu recommandable. Grâce à ces approches, il est certain que les crypto-monnaies gagnent peu à peu du terrain dans les commerces Français.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here