La Commodity Futures Trading Commission a gagné son procès contre l’initiateur d’une pyramide de Ponzi. L’accusé avait fait des promesses irréalistes à des cibles, dans le but de leur soutirer quelques unités de bitcoin. Avant sa mise en accusation, cette pyramide aurait permis de dépouiller 80 victimes. Le montant des rapts s’élèvent à 600 000 dollars.

Une lourde amende pour le hedge fund

tout savoir sur la crypto

La Cour fédérale s’est prononcée sur le sort du hedge fund Gelfman Blueprint, connu pour sa spécialisation dans le Bitcoin. L’entité, ainsi que son PDG Nicholas Gelfman ont été condamnés à payer une amende supérieure à 2,5 millions de dollars. La cause de la condamnation : une escroquerie portant sur des clients victimes du fameux système de Ponzi. Le principe de cette arnaque n’est pas une nouveauté dans le secteur du Bitcoin : le PDG de Gelfman Blueprint, Nicholas Gelfman, s’était illustré dans le secteur en proposant à ses clients d’investir dans la crypto-monnaie de référence. Parmi ses arguments, la fiabilité de ses algorithmes de trading. L’homme d’affaires demandait à ses cibles de faire confiance en un système qui leur permettrait, supposément, de réaliser de gros bénéfices. Un problème s’est pourtant rapidement posé : l’investissement des nouveaux clients aurait été utilisé pour payer les gains des tous premiers investisseurs.

La CFTC n’aura pas mis longtemps pour décider du sort de la plateforme et de son créateur : l’homme a été reconnu coupable des charges qui pesaient contre lui. Quant à son entreprise, elle a également été reconnue coupable d’escroquerie. La condamnation est conjointe : les deux entités doivent rembourser l’équivalent de 2,8 millions de dollars aux personnes qu’ils ont trompé. L’agence américaine affirme toutefois que l’espoir des victimes est faible. En effet, rares sont ceux qui pensent pouvoir toucher réellement cette somme. Pour cause : la capacité financière des coupables, qui serait loin de satisfaire cette attente. Si le régulateur de référence a fini par gagner cette bataille juridique, ce serait uniquement le statut de la compagnie américaine Gelfman Blueprint qui aurait été touchée. Son directeur se retrouve fiché par le tribunal fédéral de New York, mais la juridiction ne peut logiquement assurer le remboursement de chaque personne escroquée.

Un stratagème de plus en plus répandu

C’est en 2014 que Nicholas Gelfman a décidé de lancer le Bitcoin Gelfman Blueprint. L’entreprise se fait rapidement un nom dans le milieu, et permet à l’homme d’affaires de dérober un montant dont l’estimation dépasse aujourd’hui les 600 000$. En deux ans d’activité de l’organisme aurait touché une centaine de client, aux capacités financières diverses. L’ensemble du stratagème est aussi simple que le système de Ponzi. Gelfman prenait le parti de détourner les sommes qui lui étaient confiées, sans réelle volonté de rémunérer ses nouveaux investisseurs.

La pratique est de plus en plus courante sur la toile. L’affaire offre une belle victoire à la CFTC, qui voit son autorité gagner en grade dans de l’application des lois concernant l’utilisation de la monnaie virtuelle.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here