De nombreux pays sont encore réticents face à l’utilisation des cryptomonnaies, à cause des risques liés à leur volatilité et l’insuffisance législative actuelle. Au Maroc, il est notamment interdit d’accepter ou de faire des paiements avec des monnaies numériques depuis 2017. Toutes personnes réalisant des transactions en cryptomonnaies dans le royaume sont passibles de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 1 500 €.

tout savoir sur la crypto

Néanmoins, selon LocalBitcoins, une plateforme d’exchange peer-to-peer finlandaise, le volume des échanges en bitcoins serait en croissance au Maroc. Uniquement sur le site, près de 6 millions USD de monnaies numériques ont été échangés. Ce qui hisse entre autre le pays au 36ème rang en termes de volumes d’échanges en Bitcoins.

Les cryptomonnaies sont encore prohibées au Maroc, mais des solutions existent

Si depuis 2017, les transactions en cryptomonnaies ont été interdites au Maroc, la situation officielle en 2019 n’a pas encore changé. Les autorités marocaines autorisent uniquement les monnaies qui sont adossées à un organisme financier. Néanmoins, on assiste à quelques changements, notamment avec l’essor des plateformes d’exchanges qui permettent d’échanger facilement les cryptomonnaies entre elles ou contre des devises fiat.

Pourquoi le Maroc interdit les paiements en cryptomonnaies ?

L’Office des changes du Maroc a annoncé en 2017 que les transactions basées sur les monnaies virtuelles enfreignent la législation en vigueur dans le pays. L’utilisation de ce système de paiement parallèle au système monétaire officiel est sévèrement sanctionnée. De plus, il estime que les utilisateurs s’exposent à d’énormes risques de pertes en adoptant des monnaies virtuelles volatiles qui ne bénéficient pas de la garantie d’une institution financière.

Par ailleurs, Abdellatif Jouahri le Directeur de la Banque centrale marocaine Bank Al-Maghrib, a déclaré que le Bitcoin n’est pas une monnaie, car il ne répond pas aux caractéristiques fondamentales de cette définition. D’après lui, pour que le BTC puisse être considéré comme tel, il lui faut un potentiel de valeur de refuge. Il est également essentiel à une monnaie de pouvoir être utilisée comme une solution de paiement, tout en proposant une unité de compte.

Les échanges en Bitcoin se multiplient au Maroc et en Afrique en général

Malgré que les autorités financières marocaines soient réfractaires aux cryptomonnaies et au Bitcoin en particulier, une certaine résistance est constatée au niveau des internautes. En effet, selon l’exchange LocalBitcoins, le royaume serait au 4ème rang parmi les pays d’Afrique qui échangent le plus de monnaies virtuelles, avec un volume de plus de 6 millions USD de transactions sur sa plateforme.

Ainsi, les interdictions en matière de cryptos n’arrivent pas à endiguer l’essor de ces dernières. Cela peut sans doute s’expliquer par le fait que le Bitcoin s’est valorisé à plus de 10 000% depuis son lancement. Le BTC a même connu un pic de 20 000 dollars en fin 2018, et il est actuellement en hausse après quelques mois de repli. En effet, avec une chute sous les 7 000 USD en milieu d’année, il remonte actuellement à 12 000 USD.

De nombreuses autres cryptomonnaies ont dévoilé un fort potentiel de valorisation et attirent les investisseurs du monde entier. Ainsi, dans de nombreux pays d’Afrique et d’Asie où les cryptomonnaies sont interdites, les transactions se développent lentement.

Comment se procurer des bitcoins au Maroc ?

Compte tenue de l’interdiction d’utiliser les cryptomonnaies au Maroc, il est tout d’abord conseillé de privilégier une certaine confidentialité lors des achats. En effet, il est possible d’acquérir des bitcoins, mais aussi d’autres monnaies virtuelles depuis le royaume maghrébin. Opter pour des échanges privés est nécessaire pour ne pas être inquiété par les autorités.

Utiliser des plateformes d’exchange confidentielles pour acheter des bitcoins au Maroc

Certaines plateformes d’échanges de cryptomonnaies permettent de réaliser des transactions anonymes. Elles sont, de ce fait, idéales pour acheter des bitcoins ou d’autres cryptos depuis le Maroc et d’autres pays où les monnaies virtuelles sont interdites. Entre autre, LocalBitcoins est une exchange qui se base sur un système de transactions peer-to-peer, permettant l’échange direct entre les utilisateurs.

Ces derniers y profitent en plus d’un anonymat total, car aucun justificatif d’identité n’est demandé et il n’est pas non-plus requis de faire une liaison avec un compte bancaire. Il est possible d’y faire un dépôt anonyme avec Western Union. La plateforme permet de créer directement un portefeuille de cryptomonnaies avec son compte et d’acheter des Bitcoins avec des devises fiat, des Litecoins, des Ethereums et des Moneros.

Bien que LocalBitcoins soit dédié aux BTC, il est également possible d’y acheter d’autres cryptomonnaies avec des BTC. Les acheteurs et les vendeurs y fixent eux-mêmes les prix et peuvent discuter avant la transaction. Ils effectuent également les paiements directement entre eux, sans intervention de la plateforme qui ne commissionne que 1% de frais.

Ainsi, un acheteur peut envoyer un paiement par virement bancaire, paypal, western union, moneygram ou même utiliser des cartes cadeaux Amazon, iTunes ou eBay. Néanmoins, les fonds ne peuvent être récupérés que via la même méthode que celle choisie pour les paiements.

Dans le cas où localBitcoins renforcerait sa politique KYC, Coinmama n’exige également aucune vérification d’identité pour des échanges de moins de 150 $. Cette alternative est néanmoins plus coûteuse, avec 8 % de frais par achat.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here