Telegram

Telegram a conquis le cœur de ses utilisateurs en proposant une solution de messagerie pratique, et efficace. Face au succès de ce programme, l’entité a décidé de développer sa propre crypto-monnaie. La levée de fond n’aura pas mis longtemps à récolter la somme conséquente de 1,7 milliards de dollars, que la firme pense intégralement utiliser pour la mise en place de sa monnaie virtuelle.

Un projet qui a soulevé des doutes

Si la collecte des fonds nécessaires à sa réalisation a été rapide, le projet de Telegram n’a pas manqué de faire grincer quelques dents. Dès le départ, les investisseurs ont été partagés entre l’enthousiasme et le scepticisme. Il est impossible de nier que la volonté de l’entreprise à créer une nouvelle monnaie digitale a été bien accueillie par la majorité des critiques. Pour d’autres cependant, le défi est considéré comme irréaliste.

La mise en place de la blockchain a déchaîné les critiques. Les premiers chiffres annoncés laissaient penser que le projet pourrait être démarré dès que les 1,2 milliards de dollars nécessaires aient été collectés. Une révision de ce budget montre pourtant que le développement de cette crypto-monnaie nécessitera finalement 2 milliards de dollars. Les capacités financières de TON Issuer Inc lui ont permis de reverser plus de 800 millions à la firme, et le reste a rapidement été complété.

Telegram enregistre aujourd’hui une des levés de fond les plus importantes de l’histoire, en termes financiers. Au cours de cette levée, des scammeurs se sont amusés à détourner une partie de ces fonds, en prenant l’identité de la société. Plusieurs millions de dollars ont été cryptojackés, montrant que l’effervescence autour du phénomène a eu des répercussions que la boite n’avait initialement pas prévues.

L’image de Telegram n’en a cependant pas été entachée, car la prévente des jetons d’identification n’a pas enregistré de baisse significative. Le but de Telegram a cependant été d’attirer les gros investisseurs. Les manias de la crypto-monnaie se sont bousculés au portillon pour apporter leur contribution au projet. Avec un seuil de 20 millions de dollars établis sur les actifs numériques, les investisseurs ont pu bénéficier d’une remise exceptionnelle de l’ordre de 70%.

Cet avantage n’a cependant pas été offert, car les injections ont été sécurisées par un système de blocage assurant leur disponibilité après une période minimale de 3 mois, quand d’autres utilisateurs signent pour une barrière de 18 mois. L’établissement de la monnaie elle-même devrait se faire à la fin de l’année 2018. Elle ne pourra être échangée sur les plateformes spécialisées que quelques semaines plus tard.

Une technique expérimentale à l’honneur ?

Le bruit court déjà que Telegram opterait pour une technique de fonctionnement expérimentale. Le Sharding, qui est de plus en plus évoquée sur les forums spécialisés, devrait ainsi être mise à contribution pour rendre cette nouvelle monnaie unique. La concrétisation de ce système n’est toutefois pas encore confirmée, même si son potentiel permettrait d’assurer une rentabilité exemplaire à la crypto-monnaie. La capacité du Sharding pourrait ainsi prendre en charge un million de fonctions à la seconde, ce qui est bien plus élevé que ce que les concurrents proposent jusqu’à présent.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here