Dans sa course pour distribuer, avant le 31 octobre, les jetons Grams à ses investisseurs, Telegram veut éviter d’être obligé de rembourser 1,7 milliards de dollars de levées de fonds. Dans cette optique, l’entreprise berlinoise Telegram avait annoncé la semaine dernière aux participants que la distribution aurait lieu dans les temps, à partir du 16 octobre.

tout savoir sur la crypto

Cette cryptomonnaie sera déployée sur le réseau TON, lequel sera directement intégré dans l’application de messagerie électronique Telegram. Ce dernier est cependant célèbre pour être le moyen de communication privilégié par les terroristes, à cause de son système de communication chiffrée et intraçable. Cela lui a notamment valu d’être la cible de nombreuses mesures de censure.

Dans ce contexte, bien que les Grams aient été distribués dans les temps, de nombreuses inquiétudes sont restées, quant à l’absence d’autorisations venant des régulateurs financiers. C’est donc sans surprise, que l’on apprend que la SEC a annoncé l’interdiction de la vente de ces jetons sur le territoire américain.

Les tokens Grams de 47 investisseurs américains bloqués

La SEC (Security and Exchange Commission) vient de dévoiler sa décision concernant le projet de lancement des tokens Grams du réseau de blockchain TON de Telegram. Le gendarme financier US a ainsi interdit la mise en circulation de cette cryptomonnaie aux USA. A noter que sur les 179 investisseurs qui avaient participé à la levée de fonds de 2018, 47 sont américains.

Le Gram interdit aux USA : les conséquences de la décision de la SEC

La levée de fonds ICO de 2018 avait permis à Telegram de cumuler 1,7 milliards de dollars, via la vente de jetons Grams à 179 investisseurs issus du monde entier. Près de 420 millions de dollars avaient pu être rassemblés au niveau de 47 investisseurs américains. Suivant l’email envoyé par l’entreprise aux participants quant à la distribution des jetons, la plupart ont déjà obtenu leurs parts de Grams, aux valeurs équivalentes à leurs participations.

Face à l’annonce de la SEC, les 47 investisseurs US se heurtent cependant à un dilemme de grande taille. En effet, selon les termes du contrat signé avec Telegram, un remboursement aurait été possible si le délai de distribution des tokens avait été dépassé. Or, dans le cas présent, ils ont bien reçu ces derniers dans les temps, avant le 31 octobre.

Cependant, la décision de la SEC leur interdit d’utiliser leurs Grams sur le sol américain, dans le cadre de ventes ou d’échanges. Ces investisseurs US ne pourraient donc ni exiger de Telegram que ladite entreprise leurs rembourse les fonds utilisés pour l’acquisition des Grams, ni vendre ces derniers aux investisseurs issus des autres pays. D’ailleurs, si le gendarme financier américain a été le premier à annoncer cette interdiction, les régulateurs des autres pays pourraient prochainement en faire de même.

La réaction de Telegram face à la décision de la SEC

Après la découverte de l’interdiction de la SEC quant au lancement des Grams aux USA, les investisseurs se sont également retrouvés face à la réaction inquiétante de Telegram. Ce dernier avait d’abord communiqué avec les participants à travers le compte de communication habituellement utilisé. Ensuite, le compte en question a été brutalement fermé, suivi de la suppression de l’ensemble de l’historique des discussions.

Les responsables n’ont alors laissé qu’un message à destination des participants, leurs expliquant que face à la décision de la SEC, un temps de réflexion est nécessaire pour identifier les adaptations nécessaires à la politique de l’entreprise et au projet.

L’équipe estime, entre autre, qu’il est essentiel de clarifier le statut juridique du réseau TON et des tokens GRAM. Elle indique également devoir identifier le type d’analyse pouvant être publié sur le projet, mais rassure les investisseurs quant à son intention de reprendre au plus vite la communication.

La SEC engagée dans une politique d’assainissement de la crypto-sphère

C’est à travers un communiqué de presse que la SEC a annoncé le 11 octobre qu’une demande d’interdiction de vente des GRAM a été déposée au niveau de la Cour Fédérale du district de Manhattan. Le gendarme financier US y stipule qu’il s’engage à éviter que Telegram ne distribue ses cryptomonnaies au niveau des marchés américains. Il souligne notamment que la levée de fonds sur les GRAM était illégale.

Par ailleurs, la SEC déclare également que sa décision est basée sur le fait que Telegram a omis de fournir aux participants suffisamment d’informations concernant ses activités commerciales, sa gestion et sa situation financière. D’ailleurs, elle estime aussi que Telegram n’a pas informé les investisseurs quant à l’intégralité des risques et de leurs facteurs, concernant le projet TON.

D’ailleurs, ce dernier, ainsi que l’entreprise ont des obligations en terme de conformité et de réglementations, lesquelles n’ont ni respectées, ni expliquées aux participants de la levée de fonds de 2018. Ainsi, dans le cadre de la politique de nettoyage du secteur cryptomonétaire, la SEC exclue le GRAM des jetons réglementés.

Cependant, elle a aussi annoncé vouloir obliger Telegram à rembourser les 47 investisseurs américains. D’ailleurs, la suite de son action à l’encontre de Telegram sera connue le 24 octobre, lors d’une prochaine audience à New York.

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here