Le Bitcoin

Le Bitcoin est la star incontestée des crypto-monnaies. Elle occupe la place numéro 1 dans le top 3 des devises les plus importantes du monde. Son unité monétaire est le BTC.

Le Bitcoin est considéré comme la crypto-devise originelle, car il s’agit de la toute première valeur virtuelle décentralisée créée par un être humain.

Sur le plan international, Bitcoin est la seule devise cryptographique qui a su conquérir le grand public, et même plusieurs acteurs gouvernementaux d’envergure, au point de faire trembler les plus grandes institutions financières.

Bitcoin a su gagner sa place en tant que moyen de paiement officiel, à tel point que l’on peut, aujourd’hui, l’utiliser pour régler le montant de produits et de services divers comme le paiement de son loyer, ou la note de ses courses alimentaires. Nous avons conçu ce guide pour que n’importe quel internaute puisse découvrir tout ce qu’il y a à savoir sur le Bitcoin.

achat-bitcoin

L’histoire du Bitcoin

Pour comprendre comment Bitcoin a su gravir les échelons au point de devenir la crypto-monnaie numéro 1, il faut retracer son histoire, et remonter jusqu’à sa création.

L’inventeur du concept Bitcoin est connu sous le pseudonyme de Satochi Nakamoto. C’est en 2007 que ce génie pose les fondements de ce que deviendra la monnaie cryptographique, la valeur du futur.

Les événements se déroulent comme suit :

Août 2008 : trois développeurs : Charles Bry, Vladimir Oksman et Neal Kin inventent une application de transcription, et achètent le nom de domaine bitcoin.org. Il faut par contre noter que ces trois personnes ont toujours déclaré n’être d’aucunes façons reliées à Nakamoto.

Parallèlement, Satochi N. publie le white paper de Bitcoin, qui instaure le système pair-to-pair appliqué au concept de monnaie virtuelle. Le white paper est une sorte de guide qui explique la création du Bitcoin, et expose les arguments qui en font une monnaie légitime et infalsifiable.

Novembre 2008 : la toute première communauté du Bitcoin voit le jour, c’est ce que l’on appel la Source Forge. Ensemble, ces développeurs travaillent à développer la création et la diffusion de programmes open source.

Janvier 2009 : le tout premier bloc est émis, il est nommé Genesis. C’est réellement à partir de ce moment précis que la toute première unité de Bitcoin est exploitée suite à un transfert entre Nakamoto et un développeur en cryptographie.

Octobre 2009 : New Liberty Standard établit que la valeur de 1,309.03 BTC correspond désormais à l’équivalent d’1 dollar. Cette valeur résulte du calcul d’une équation basé sur le coût de production d’un Bitcoin, par rapport à l’énergie électrique consommée.

Décembre 2009 : la seconde version de Bitcoin apparaît sur le marché.

Février 2010 : cette date est cruciale dans l’histoire de Bitcoin qui voit son brevet de chiffrement adopté. Dans le en même temps, les premières transactions sont réalisées, établissant ainsi le marché de la crypto-monnaie.

Mai 2010 : un service est pour la première fois payé en Bitcoin. Un développeur règle la livraison d’une pizza au prix de 10 000 BTC, qui représente alors 25 dollars.

Juillet 2010 : la version numéro 3 du Bitcoin est développée et mise sur le marché. Les utilisateurs augmentent sans cesse, ce qui produit une incroyable hausse qui multiplie par 10 la valeur du token. À l’origine, 1 bitcoin valait 0.0008 dollars, pour atteindre à ce moment-là 0.080 dollars. C’est précisément cette hausse qui pousse les développeurs à créer une plateforme d’échange dédiée au Bitcoin.

Août 2010 : premier grand piratage de l’histoire de Bitcoin qui cause un cataclysme au sein de la communauté. Cela remet en cause la sécurité de la chaîne de blocs et la légitimité du Bitcoin lui-même.

Septembre 2010 : parce que le Bitcoin doit se ressaisir, Jgarzik fait une donation de 10 000 BTC au réseau, l’équivalent de 650 dollars à l’époque.

Février 2012 : l’une des plateformes les plus importantes pour l’échange de Bitcoin, Trade Hill, ferme ses portes.

Septembre 2012 : la Bitcoin Foundation est créée à la suite d’un nouveau hackage du système.

Décembre 2012 : création de la première banque de Bitcoin, qui jouit d’une licence européenne, et fonctionne dès lors sous contrôle du système européen.

Février 2013 : la valeur du Bitcoin grimpe pour atteindre 30 dollars.

Aout 2013 : le Bitcoin est reconnu par la communauté internationale comme une véritable monnaie permettant de faire tous types d’achats.

Novembre 2013 : la valeur du Bitcoin atteint désormais 700 dollars.

Juin 2014 : le gouvernement des Etats-Unis saisit et vend aux enchères 29 000 BTC récupérés sur le réseau du DarkNet Silk Road.

Décembre 2014 : de grandes multinationales, comme le géant Microsoft, décident d’autoriser Bitcoin comme devise de paiement légal.

Novembre 2016 : le Bitcoin accroît d’avantage le cours de sa valeur.

Actuellement : le Bitcoin est une monnaie d’échange dont la légitimité sur le marché est indiscutable et fait de nombreux émules.

Où et comment acheter du Bitcoin ?

Les unités de Bitcoin sont disponibles à la vente via des banques virtuelles décentralisées, représentés par des sites internet spécialisés qui en possèdent dans leurs bases de données.

Avant d’effectuer un achat de Bitcoin, il faut impérativement disposer d’un système de stockage physique, que l’on appelle un portefeuille, mais qui en réalité, s’apparente beaucoup plus à une clé USB dont l’usage unique est de stocker des crypto-devises. Il est fortement recommandé de ne pas laisser votre argent virtuel stagner sur des portefeuilles en ligne au risque de les voir disparaître à la suite d’un piratage.

Les portefeuilles physiques sont sécuritaires, et ne donnent accès aux crypto-devises qu’ils contiennent qu’après la validation d’un code personnel.

Une fois l’achat de Bitcoin effectué auprès d’un broker, il n’est pas nécessaire de connecter votre portefeuille à votre ordinateur. Il faut simplement indiquer au vendeur votre adresse de paiement et se préparer à réceptionner les devises via une plateforme donnée.

Pour obtenir des Bitcoins, il est aussi possible de passer par une plateforme de trade qui donne la possibilité aux utilisateurs de troquer de l’argent réel, ou des monnaies cryptographiques diverses contre des Bitcoins.

Pour cela, le leader sur le marché est la plateforme CoinBase, mais ils en existent beaucoup d’autres toutes aussi fiables. L’intérêt de ces sites est de proposer aux utilisateurs d’acheter des Bitcoins partiels, c’est-à-dire que l’achat d’une unité de token n’est pas obligatoire. Il est donc possible de se procurer quelques « centimes » de Bitcoin, ou encore choisir une valeur en monnaie réelle (dollar ou euro) et recevoir le montant de Bitcoin correspondant.

L’achat de Bitcoin sur Coinbase

Sur Coinbase, pour commencer à acheter du bitcoin, il faut créer un compte sur le site.

Pour commencer à réaliser des échanges, il faut se rendre sur la page Buy & Sell. Ensuite, il suffit de suivre les instructions pour finaliser la transaction.

Les actifs doivent ensuite être envoyés sur votre portefeuille en ligne, ou physique si vous en possédez un.

Pour investir dans le Bitecoin, le trading est aussi une bonne solution.

Comment le Bitcoin fonctionne t-il ?

Avec Bitcoin, chaque membre possède son compte de monnaie électronique qui s’opère via la blockchain.

La chaîne de blocs est un système qui fonctionne en Pair-to-Pair et qui permet à l’ensemble du réseau de pouvoir contrôler les échanges qui s’y produisent. Cela permet d’éviter l’utilisation en simultanée des mêmes unités de monnaie.

La blockchain est une structure open source totalement décentralisée, qui n’est régit par aucun organisme financier tiers.

Dans le monde, seul un millier d’utilisateurs disposent du privilège de gérer l’infrastructure du Bitcoin, et chacun d’entre eux possèdent une copie personnelle du programme. Cela leur donne la possibilité de créer librement chacun des blocs qui constituent le système.

Il faut savoir que l’échange de Bitcoin ressemble en tout point à l’envoi d’un simple mail, et même si la blockchain est accessible par le grand public, il est pratiquement impossible de hacker son contenu.

Minage de Bitcoin, le fondement de la Blockchain

La création et l’utilisation de Bitcoin sont rendus possibles par la résolution de différentes équations mathématiques complexes qui doivent être accomplies par une chaîne d’ordinateurs. C’est ce groupement de machines qui constituent la Blockchain.

Une blockchain est comme un grand livre de compte qui enregistre tous les transferts réalisés entre utilisateurs de Bitcoins. Chacun des Bitcoins circulant sur internet depuis le début, est consigné dans la blockchain. Elle est d’une importance capitale puisqu’elle représente la seule référence capable d’indiquer la quantité de Bitcoin créée, ainsi que le montant de token en circulation.

En outre, il faut savoir que le nombre de Bitcoin qui sera à terme crée dans le monde sera de maximum 21 millions d’unités.

Le minage, facteur essentiel de la fiabilité d’une Blockchain

S’il est possible pour tous les utilisateurs de Bitcoin de référencer leurs transactions au sein de la Blockchain, il est légitime de se poser des questions quant à la fiabilité de cette monnaie. Aussi comment être sûr de la véracité d’une transaction ? Les réponses à ces questions se trouvent dans le protocole de minage.

Le système de la blockchain de Bitcoin prévoit la création d’un nouveau token à chaque fois qu’un échange de BTC est réalisé, ajoutant par la même occasion un nouveau bloc à la chaîne. Tout cela est uniquement rendu possible par la force d’un groupe de machines. Ces dernières sont chargées de calculer les algorithmes adéquats, permettant la création et l’inscription des transactions au sein de la Blockchain.

Il faut savoir que ce système qui utilise les processeurs, et cartes graphiques d’un grand nombre d’ordinateurs, consomme beaucoup d’électricité, et occasionne de ce fait, des frais excessivement importants.

Parallèlement, le protocole Bitcoin prévoit que seule la collaboration entre une multitude d’utilisateurs pourrait diminuer ces frais. C’est là que le minage fait son apparition.

Le principe du minage est simple, il pourrait être défini comme suit : tout utilisateur, ou entreprise, peut, s’il le souhaite, mettre à la disposition de la Blockchain la puissance de calcul de son ordinateur. En faisant cela, ils deviennent un « mineur », et sont rémunérés en monnaie virtuelle de la devise sur laquelle ils travaillent. C’est ce fonctionnement qui permet à la structure décentralisée de la crypto-monnaie d’exister sans dépendre d’une quelconque autorité financière.

Comment générer des Bitcoins ?

Le protocole de création des Bitcoins est volontairement lent et permet la production et la diffusion de token sur le marché au fil des années.

Les mineurs ont l’obligation de respecter ce protocole, qui assure notamment la sécurité de la blockchain. S’ils essayent de corrompre le protocole, ils s’exposent à de lourdes amendes.

La fonction de mineur

La fonction du mineur au sein de la blockchain est d’effectuer un calcul via son ordinateur pour permettre au réseau d’accepter une transaction. Le duo formé par une personne et sa machine est donc ce que l’on appelle « le mineur ».

Chaque transaction est soumise à l’intervention d’un mineur qui transcrit alors dans un nouveau bloc l’ensemble des infos relatives à l’échange effectué. Un bloc peut être considéré comme la page d’un livre, le livre étant la blockchain.

Le minage est un dur labeur qui prend du temps, une dizaine de minutes pour un générer un bloc. Si plusieurs mineurs essayent de miner un bloc en même temps, seul le mineur le plus rapide remportera la course. Les autres mineurs passent automatiquement au prochain calcul, et ainsi de suite.

La rapidité, un facteur essentiel du travail de minage bitcoin

Pour être le plus rapide, il faut disposer d’un matériel puissant, et pour cela, l’investissement dans des composants informatiques performants est essentiel. Autrement, impossible pour un mineur d’espérer générer un quelconque profit.

La popularité des crypto-monnaies fait qu’aujourd’hui, beaucoup de mineurs sont présents sur le marché, et la concurrence est rude. Disposer des informations nécessaires et d’une bonne formation en minage est donc essentiel pour se démarquer.

La chance, alliée à un véritable savoir-faire, sont la clé pour miner le plus de blocs possible au cours d’une journée de travail.

La solution du mining pool

Des investisseurs malins ont su voir le potentiel de rentabilité du Bitcoin, ils ont créé des groupes de mineurs, regroupés en pool, c’est ce que l’on appelle mining pool.

Un pool de mining représente un ensemble de mineurs qui allient leurs forces pour calculer plus de blocs.

Lorsque qu’un bloc est miné, le gain obtenu est partagé avec l’ensemble des membres du pool de façon proportionnelle à leur contribution dans l’obtention du résultat.

Les mineurs ont rapidement compris l’importance du matériel dans leurs performances, c’est pour cette raison qu’ils utilisent maintenant des processeurs de carte graphique et des FPGI pour profiter d’une vitesse de traitement de données fortement augmentée.

Le minage Bitcoin avec ASIC

Pour contrer la complexité du minage, des mineurs ASIC (Application Specific Integrated Circuit) sont apparus sur le marché. Il s’agit d’une technologie spécialement conçue pour le Bitcoin, qui est aujourd’hui la monnaie la plus difficile à miner. Les mineurs ASIC ont donc les meilleures machines que l’on peut trouver, à tel point qu’au jour d’aujourd’hui, seuls les ordinateurs équipés se charge du minage de Bitcoin.

Le Cloud Mining

Le Cloud Mining est un autre mode de minage, qui intègre notamment la capacité de travail des fermes de minage. En théorie, ce type fonctionnement est moins coûteux et plus accessible. Par contre, la vérification de paiement y est très complexe. De ce fait, si vous n’êtes pas un utilisateur averti, nous vous déconseillons d’utiliser ce système.

Quel avenir pour le Bitcoin ?

Avec l’évolution positive de Bitcoin, énormément de personnes commencent à se poser des questions quant au coût d’exploitation que cette technologie entraîne, et notamment, en termes de consommation d’énergie électrique. Il faut cependant rappeler que le Bitcoin est moins gourmand dans ce domaine que la monnaie fiduciaire classique.

Le plus grand atout du Bitcoin est son système basé sur une infrastructure décentralisée, grâce à laquelle, les transferts de fonds se font de façon beaucoup moins coûteuse qu’à travers des organismes financiers classiques. Les frais de logistiques y sont également moindres.

Le Bitcoin est par conséquent, une monnaie d’avenir, qui connaît un accroissement constant de sa valeur.

 

Voir également : Ethereum – Litecoin – Ripple